Shugendo

                                 

 

 

Le Shugendo est une pratique religieuse, d’acquisition de pouvoirs spirituels par la rectification que permet l’ascèse.

 

Le Shugendo est une voie bouddhique, une voie de service:

•  de service envers Bouddha et les Maîtres,

•  de service envers sa Famille et la Population,

•  de service envers soi même, en s’améliorant par la pratique.

 

Ses adeptes les shugenjas, pratiquant de la voie du shugen sont aussi appelés «yamabushi», ceux qui se prosternent, se couchent en montagne.

 

La montagne est souvent au cœur des systèmes religieux. Elle est l’archétype de la passerelle du monde humain vers le monde divin.

 

 

 

Mont-Aiguille.jpg

 

 

De tout temps les montagnes ont été des places sacrées, des lieux de retraites, des endroits de recueillements.

 

  

 

3_1.jpg

 

 

C’est en leurs compagnies que nous parcourrons avec vous quelques chemins du Shugendo.

 

 

 

 

entrer-gif-021.gif

 

 

 

   Kenjaku email_at042.giforange p.gif fr

© Kenjaku 験寂 Jean-Jacques KocevaR 2007.

 










Ani mani manei mamanei shirei sharitei shamya shabitai sentei mokutei mokutabi shabi aishabi sôbi shabi shaei akishaei agini sentei shabi darani arokyabasaihashabishani neibitei abentaraneibitei atandahareishutai ukurei mukurei ararei hararei shugyashi asanmasambi boddabikirijiritei darumaharishitei sôgyachirikushanei bashabashashutai mantara mantarashayata urotaurota kyôsharya akishara akishayataya abaro amanyanataya.

 

Zarei makazarei uki moki arei arabatei chiritei chiritahatei ichini ichini shichini nirichini nirichihachi.

 

Ari nari tonari anaro nabi kunabi.

 

Akyanei kyanei kuri kendari sendari matôgi jôguri furoshani anchi.

 

Ideibi ideibin ideibi adeibi ideibi deibi deibi deibi deibi deibi rokei rokei rokei rokei takei takei takei tokei tokei.

 

Pour qui n’obéit pas à notre formule et tourmente ceux qui exposent la Loi, sa tête éclatera en sept morceaux, comme un rameau de basilic.

Comme le crime du parricide et comme l’acte funeste de celui qui presse l’huile, qui trompe les gens par le boisseau ou la balance, ou le crime de Don des Dieux qui brise la communauté, celui qui fait tort aux maîtres de Loi, obtiendra un sort pareillement funeste.